Du 2 au 10 octobre 2016, 11 membres de Cazalrando sont partis à la découverte de l’est de la Sicile. Au programme, randonnées, villes historiques, îles et volcans.

1er jour – L’aventure débute à l’aéroport de Toulouse, où Jo – notre chef de groupe – découvre avec stupéfaction qu’il n’est pas enregistré parmi les passagers du premier avion qui doit nous emmener à Rome. Grosse angoisse, mais heureusement tout finit par s’arranger et le voyage se déroule sans histoire jusqu’à Catane ! Arrivée dans la nuit près de Noto, au milieu de vergers de citronniers. Nous réveillons notre hôtesse vers 2h du matin, ce qui ne l’empêche pas de nous accueillir avec gentillesse.

2ème jour – La première randonnée va nous emmener dans les magnifiques gorges de Cavagrande del Cassibile, les plus profondes de Sicile : 300 mètres de dénivellé à descendre vers une belle rivière aux piscines naturelles incitant à la baignade, … puis à remonter ! La découverte in extremis d’un bar au départ du parcours (car les supermarchés et autres sources d’approvisionnement sont apparemment très rares dans ce coin de Sicile) nous permet de faire le plein de sandwichs et d’eau et de profiter pleinement de la marche dans un paysage superbe. En fin de journée, visite de Noto, magnifique ville baroque.

3ème jour – Changement de décor pour la deuxième randonnée, dans la réserve naturelle de Vindicari, en bord de mer. Nous cheminons entre étangs et côte rocheuse aride, couverte de buissons bas et de figuiers de Barbarie, fleurie de mandragores, pour atteindre finalement une jolie plage de sable et profiter de la baignade dans une mer encore délicieusement chaude. Après une halte dans un petit village de la côte, nous partons pour un aperçu rapide des villes baroques de Modica et de Ragusa Ibla.

4ème jour – Le site de la nécropole de Pantalica (plus de 5000 tombes datant de 1300 à 700 avant J.-C., taillées dans le rocher et surplombant les gorges de deux rivières aux eaux pures) est le cadre superbe de la randonnée du jour. Mais encore faut-il pouvoir l’atteindre, car la route minuscule indiquée par l’opérateur devient de plus en plus étroite, pentue et sinueuse… de quoi donner des sueurs froides au conducteur de notre « camion », qui nous tire avec brio de ce mauvais pas. Heureusement, nous finissons par trouver une route qui nous conduira jusqu’à la nécropole. En fin d’après-midi, départ pour Syracuse, ville riche en vestiges antiques, que nous visitons brièvement, même si le renommé théâtre grec se refuse finalement aux randonneurs désappointés. Nous prenons nos nouveaux quartiers à Acireale, à deux pas de la mer.

5ème jour – Notre aimable hôtesse Graziella nous informe dès le petit déjeuner que si nous voulons aller à l’Etna, il ne faut pas tarder car demain le temps devrait se gâter. Nous partons, mais en route, vers 1500 m d’altitude, le doute nous prend : nous roulons en pleine purée de pois… Mais la couche de nuages traversée, voici le soleil, et la masse imposante du volcan immense, aux pentes noires. Notre randonnée part du  sommet de la télécabine, à 2500 m d’altitude et nous  emmène jusqu’à 2900 m, où nous faisons le tour d’un ancien cratère balayé par des rafales de vent violent. Au-dessus de nous, un des cratères principaux, couronné de soufre, inaccessible et fumant. Spectacle impressionnant !

6ème jour – Longue route vers Bronte, sur les pentes ouest de l’Etna. Mais Akaoka recommence à nous jouer des tours, impossible de trouver la route qui doit nous amener au point de départ de la randonnée du jour. Nous sommes sauvés par un jeune couple sicilien sympathique qui nous propose de les suivre jusqu’à la maison forestière recherchée que nous atteignons par une magnifique chaussée dallée de basalte ! Le sentier nous emmène ensuite à travers des forêts denses, étonnamment riches en champignons, avant de traverser d’impressionnantes coulées de lave solidifiées.

7ème jour – Nous quittons Acireale pour la côte nord de la Sicile et visitons en route le village perché de Castelmola qui nous offre un beau panorama sur le littoral de la mer Ionienne et l’Etna, puis Taormina, où est prévue la randonnée du jour. La ville aux beaux monuments est malheureusement aussi un piège à touristes où tout se paie très cher et où il n’est pas si facile de randonner au milieu d’une foule compacte… Nous reprenons en fin d’après-midi la route vers Milazzo, point de départ des bateaux pour les Iles Lipari (ou Eoliennes).

8ème jour – Embarquement à l’aube sur le bateau qui nous emmène à Stromboli, la plus éloignée des îles. Mer bleue, plages noires, village blanc, et les pentes imposantes du volcan surmonté d’un panache de fumée. Le temps de prendre nos quartiers, il est déjà l’heure de se préparer pour l’ascension. La randonnée du jour (900 mètres de dénivellé !) se fera sous la conduite d’un guide, d’abord à travers une végétation dense, puis à partir de 500 m, en longs lacets sur les pentes noires de plus en plus dénudées. La montée est rude jusqu’au sommet, que nous atteignons un peu avant la tombée de la nuit, mais quel spectacle ! Alignés sur le bord du cratère, casqués (des lapili, petites projections volcaniques peuvent retomber à tout moment !), nous scrutons les  profondeurs du volcan qui apparaissent et disparaissent dans des masses de vapeur. Soudain le souffle d’un puissant grondement sourd, un rougeoiment ou encore des gerbes de projections incandescentes : le Stromboli est actif en permanence ! Nous redescendons à la la nuit noire les flancs du volcan en une longue « chenille » lumineuse.

9ème jour – Départ pour l’île de Vulcano, où nous débarquons dans une forte odeur soufrée, due au volcanisme très actif sur l’île. La randonnée du jour nous fera monter au volcan du même nom (près de 400 m d’altitude au point le plus haut) et faire le tour de son cratère impressionnant, au milieu des fumerolles brûlantes colorées en jaune par le soufre. Puis retour à Milazzo, et à Acireale pour une dernière nuit en Sicile.

10ème jour – Levés avant l’aube dans la nuit tiède, nous gagnons l’aéroport de Catane, un peu saisis à l’idée des 4° qu’il a fait à Salviac… Vols sans histoire et retour en Bouriane, avec des images de Sicile plein les yeux, le souvenir de la gentillesse des Siciliens, le goût des bons repas de fruits de mer, des gelati…. Arrivederci Sicilia !

Cazalrando en Sicile